Abonnez-vous

Les « espaces vectoriels musicaux » de Yannis Xenakis


Daniel Justens

Le célèbre compositeur Yannis Xenakis a introduit en 1963 une sorte d'arithmétique de la composition musicale, qui repose sur la notion de structure mathématique, en particulier celle d'espace vectoriel. Cette contribution de l'artiste se prête merveilleusement à l'analyse scientifique.


Yannis (ou Iannis) Xenakis est surtout connu du grand public en tant que compositeur. Il fut l'un des premiers à utiliser l'informatique en musique, faisant émerger ce qu'il a nommé la « musique stochastique ». Il bénéficia également d'une formation d'ingénieur et d'architecte, collaborant notamment avec Le Corbusier pour créer le pavillon Philips lors de l'exposition universelle de Bruxelles de 1958 (voir Mathématiques et Architecture, Bibliothèque Tangente 61). Il y combine structures architecturale et sonore pour créer un ensemble indissociable de sons et de volumes. D'origine grecque, encore que né en Roumanie, il opta finalement pour la nationalité française. Le nom de Xenakis reste résolument associé aux lettres et aux arts : son épouse, Françoise Xenakis, femme de lettre bien connue, et leur fille, la peintre et sculptrice Mâkhi Xenakis, contribuent de concert à la renommée du patronyme.

 
Structures mathématiques et composition

Ce qui est révolutionnaire, dans l'approche musicale de Yannis Xenakis, ce n'est pas tant le recours à l'informatique en musique que l'idée qu'il soit possible de créer un espace musical obéissant à un nombre minimal de contraintes, et que cet espace soit à même d'être totalement engendré au moyen d'une modélisation mathématique et, partant, ... Lire la suite gratuitement


références

Musique formelle. Yannis Xenakis,Revue musicale 253–254, 1963, disponible en ligne.
Théories de la composition musicale au XXe siècle. Sous la direction de Nicolas Donin et Laurent Feneyrou, Symétrie, 2013