Abonnez-vous

L'espion qui savait compter

Kylie Ravera




L'Institut galactique est le temple de l'excellence, où exerce le redouté professeur Phi. Lequel n'a pas toujours été professeur de mathématiques à l'Institut…

 

L’Institut intergalactique a la prestigieuse tâche de former les futures élites de la galaxie, amenées à occuper des postes qui leur permettront de mettre en œuvre leurs compétences durement acquises. En plus de suivre des cours approfondis de mathémagie, d’agroastronomie ou encore d’univerpolitique, les étudiants ont également la possibilité de rencontrer un conseiller d’orientation qui leur permettra d’effectuer le choix de carrière le plus adapté à leurs légitimes aspirations.
C’était aujourd’hui le tour de Bêta, qui ressort de son entretien un peu ébranlé.
« Vous savez quel boulot on me conseille ? demande-t-il à ses amis Alpha et Epsilon. Professeur de mathémagie ! Vous m’imaginez exercer le même métier que le professeur Phi ? »
Le profil de Bêta n’a a priori pas grand-chose de commun avec celui du sévère professeur au regard d’acier, à la discipline de fer et à la volonté d’airain. Mais sa camarade Epsilon a une explication :
« Une fois que tu as compris un concept, tu sais très bien l’expliquer. Tu as des compétences de pédagogue qui sont certainement supérieures à celle du professeur Phi, et c’est tout aussi important que la maîtrise du savoir. Et puis, ajoute-t-elle sur le ton de la confidence, le professeur Phi n’a pas toujours été professeur… Savez-vous quel métier il exerçait avant ? »
Les deux garçons secouent la tête, intrigués. Epsilon baisse encore la voix :
« Il a travaillé pour le Gouvernement intergalactique en tant qu’espion !
– Non !
s’exclame Alpha, incrédule. Comment sais-tu cela ?
– J’ai eu l’occasion d’étudier une mission qu’il a menée à bien il y a longtemps. Tout est déclassifié, l’information est publique, même si le professeur n’aime pas trop qu’on en fasse la publicité… Mais il a résolu le problème qui lui était posé de manière brillante.
– Il faut que tu nous en dises plus ! »
la presse Bêta.



Les portes piégées


« À l’époque, l’agent Phi était infiltré dans un groupe de dangereux activistes. Leur quartier général se situait dans un bâtiment muni de huit portes. Au-dessus de chaque porte, il y avait un compteur de passage, s’incrémentant de 1 à chaque fois qu’une personne traversait cette porte. Les activistes, se sachant sur le point d’être découverts, ont décidé de se retrancher dans le bâtiment et de piéger toutes les portes – sauf une – pour déclencher une explosion si quelqu’un essayait de les ouvrir après leur passage. L’agent Phi s’est arrangé pour être le dernier à entrer. Il pouvait alors choisir la porte qu’il voulait utiliser avant que le piège ne soit enclenché. Il savait à ce moment la valeur de chaque compteur et quelle porte serait ensuite la seule à ne pas être bardée d’explosifs, mais il n’avait pas la possibilité de le communiquer au groupe d’intervention. Il avait seulement eu le temps de mettre en place une stratégie globale avec eux, en attribuant un indice à chaque porte.
– Ça veut dire, commente Alpha avec un froncement de sourcils, que le groupe d’intervention, en arrivant devant le bâtiment, avait le choix entre huit portes identifiables, chacune étant surmontée d’un compteur ? La seule chose que l’agent Phi avait pu faire avant l’enclenchement du système, était d’utiliser l’une de ces portes pour incrémenter son compteur, c’est bien ça ?
– Exactement. Voici d’ailleurs la situation trouvée par le groupe d’intervention lors de son arrivée sur les lieux, avec les valeurs des compteurs au-dessus de chacune des portes. »

 



 

Et vous cher lecteur, sauriez-vous dire quelle stratégie a été mise en place par l’agent Phi et le groupe d’intervention, et quelle était la porte à utiliser pour entrer dans le bâtiment sans déclencher de pièges ?


« Je ne vais plus jamais considérer le professeur Phi de la même façon,
siffle Bêta, toujours incrédule. Mais au fait… ajoute-t-il en se tournant vers Epsilon, si tu as travaillé sur ce sujet, ce ne serait pas justement parce que le conseiller d’orientation t’aurait proposé un job de…
– Chut »
lui intime la jeune fille en souriant. Avant d’ajouter avec un clin d’œil : « Tu vois que tu deviens bon en déduction ! »

 

 

SOLUTION