Abonnez-vous
articleTitleNv

L'Allegro moderato d'Ayayaye Nakamuraye

Michel Criton




L'Institut intergalactique est le temple de l'excellence, où exerce le redouté professeur Phi. Ce soir, une célèbre compositrice avant-gardiste se produit dans l'établissement.

 

« Entrez, je vous en prie ! Par ici, installez-vous. La représentation va bientôt commencer… »

La compositrice intergalactiquement connue Ayayaye Nakamuraye accueille de sa voix chaude et suave les étudiants de l’Institut dans la Tour carrée de l’établissement. C’est là que vont se produire les élèves musiciens qui ont préparé un concert original sous la direction exceptionnelle d’une artiste avant-gardiste.

Alpha fait partie du public – moins pour l’expérience acoustique que compte proposer la star du néo-classique que pour soutenir sa camarade Epsilon, qui s’est engagée dans l’aventure. Il est un peu curieux, aussi, de la mise en scène qui portera le spectacle : le choix de la salle panoramique de la Tour carrée pour accueillir le public a de quoi intriguer, d’autant que ses larges baies vitrées donnant sur les quatre côtés du bâtiment sont pour l’heure recouvertes d’une tenture noire.

« Je vous remercie pour votre présence, susurre Ayayaye une fois que les portes se sont refermées. Nous allons pouvoir commencer l’exécution de cette pièce, que j’ai intitulée Allegro moderato ambulatoire pour trente-six holophonors et moins.

– Bizarre, comme titre, songe Alpha. Elle ne sait pas dire combien elle a de musiciens ? »

Les tentures se soulèvent alors et, par les fenêtres ouvertes, le public découvre en contrebas des formes masquées rassemblées près des murs. Chacune est munie d’un holophonor, clarinette évasée et multicolore que l’on porte à sa bouche.

 

 

Rideau à chaque minute

« Ce morceau exige à tout moment la présence de neuf musiciens le long de chaque mur, explique Ayayaye pendant que s’élève, en guise d’introduction, une mélopée envoûtante. Ils ont toutefois la possibilité de déambuler pendant le concert. »



 

Configuration initiale (P désigne le public dans la tour) ;
les chiffres indiquent le nombre de musiciens.

 


À ces mots, les tentures s’abaissent de nouveau, sans que la musique ne s’interrompe. L’artiste explique :

« Nous relèverons les rideaux toutes les minutes afin que vous puissiez vérifier que la règle d’or est respectée. Je vous laisse maintenant profiter du spectacle ! »

Son sourire en coin semble pourtant dissimuler une surprise. Lorsque les rideaux se soulèvent une minute plus tard, la position des holophonoristes a changé.


 

Nouvelle position des interprètes.

 


« Il y a quelque chose de bizarre, murmure Alpha en fronçant les sourcils, neuf musiciens sont bien présents le long de chaque mur, pourtant…

– Tu devrais tous les compter ! »

Le jeune homme sursaute en reconnaissant la voix d’Epsilon derrière lui.

« Qu’est-ce que tu fais là ? Le concert n’est pas terminé…

– Pour moi, si, sourit la jeune fille. Et il va s’achever à chaque minute pour deux autres musiciens, sans contrevenir à la règle d’or édictée par Ayayaye Nakamuraye. Le concert se conclura quand il ne restera plus que le nombre minimum de musiciens… »


Cher lecteur, sauriez-vous trouver ce nombre de musiciens, ainsi qu’une succession de dispositions possibles jusqu’au terme de ce concert atypique ?


 

 

SOLUTION