Abonnez-vous

Partir de bon matin, à bicyclette…


Rémy Prud'homme

Selon certains médias, le vélo est l’avenir de la mobilité et la clé de la transition énergétique. Et pourtant...


Des calculs et estimations biaisés

 

La radio France Culture intitule une émission : « Comment sauver la planète… à bicyclette » (sans point d’exclamation ni d’interrogation). La Fondation pour la nature et l’homme affirme quant à elle que « la part modale du vélo est en France de 3 à 15 % ». Hélas, ces rêves sont de grossières inexactitudes. La bicyclette représente en effet moins de 0,5 % de la mobilité dans notre pays. Par quels tours de passe-passe transforme-t-on 0,5 % en 3 %, voire en 15 % ?
Le premier consiste à ne considérer que la mobilité locale au lieu de la mobilité totale. La mobilité locale concerne les déplacements quotidiens dans un rayon de 80 km du domicile. Ne regarder que la mobilité locale revient à ignorer les déplacements de plus longue distance effectués pour le travail ou les vacances. En passagers × km, ils pèsent un peu plus lourd que les déplacements quotidiens. Ils ont l’inconvénient de mal se prêter à l’usage de la bicyclette : on imagine mal un salarié parisien  utilisant son vélo pour se rendre à une réunion à Toulouse… Pour ces déplacements-là, la part modale du vélo est proche de zéro.
Le deuxième tour de passe-passe consiste à mesurer l’importance du vélo ... Lire la suite gratuitement