Médecins innovants et matheux


Bertrand Hauchecorne et François Lavallou

Ils ont appliqué à la médecine des méthodes et des modèles scientifiques innovants. Portraits.

Le destin tragique du découvreur des maladies nosocomiales

Né à Buda en 1818, le Hongrois Philippe Ignace Semmelweis, licencié en droit à Pest (de l'autre côté du Danube), devient obstétricien en 1846 après avoir assisté à l'autopsie d'une femme morte de fièvre puerpérale.

L'Hôpital général de Vienne possédait deux maternités recevant pour stagiaires des étudiants en médecine pour l'une et des élèves sages-femmes pour l'autre, avec des taux de mortalité respectifs de 30 % et 10 %. En mai 1847, Semmelweis, après avoir échangé les stagiaires entre ces deux maternités, affirme que « ce sont les doigts des étudiants, souillés au cours des récentes dissections, qui vont porter les fatales particules cadavériques dans les organes génitaux des femmes enceintes ». Semmelweis impose alors à chaque étudiant de se laver soigneusement les mains avec une solution de chlorure de chaux après une dissection. Le taux de mortalité chute à 12 %. 

Mais, après avoir examiné une femme ayant un cancer de l'utérus, puis, sans se laver les mains, ausculté cinq femmes enceintes qui meurent peu après de la fièvre puerpérale, il comprend que la cause n'est pas uniquement cadavérique, mais que « les mains, par leur simple ... Lire la suite